Nioutaik, le blog de l'inutile indispensable totalement... indispensable !
titre

zOMG !1 Il y a d'autres pages: 1 sur 2 - Page suivante

vendredi 18 décembre 2009

Mark Gormley !


18 12 2009
Mark Gormley

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je ne vais pas faire mon gros aigri de la vie en crachant partout tel un lama sous acide. Non ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un artiste qui a bouleversé ma vie à jamais à tel point que je me demande comment mon existence a pu avoir un sens jusque là. Cet artiste, c’est Mark Gormley, un dieu parmi les hommes.



Mark Gormley – Little Wings

Avant de regarder ce clip je tiens à vous prévenir, ne le visionnez que si vous vous en sentez la force mentale car votre vie connaîtra instantanément un avant et un après Mark Gormley ! Si vous vous sentez capable de vivre une expérience aux limites du divin, cliquouillez :


Je le sens bien à la façon dont vous lisez mon texte que vous êtes émus, n’en ayez pas honte ! Chacun gère différemment son premier contact avec la puissance de Mark Gormley, certains pleurent pendant plusieurs semaines, d’autres atteignent un état de béatitude puis ils se mettent à baver donc c’est un peu dégueulasse, personnellement j’ai senti un irrépressible envie de courir nu dans la neige avant de faire l’amour à une bouche d’égout ! L’important est que, quel que soit la forme que votre réaction prendra, celle-ci sera intense, intense comme Mark Gormley !

Intense est le terme qui défini le mieux Mark Gormley et encore, il est tellement en dessous de la vérité qu’il faudrait inventer des termes que même le petit Robert ne connaît pas. Tout en cet homme Dieu touche à la perfection, à commencer par sa voix d’ange dans un corps de prof de chimie des années 80. Je sais ce que certains diront "bouh il é moch avec ça moustach, lol !1" mais ne les écoutez pas, il s’agit probablement de pédophiles nazis. Mark Gormley n’a pas besoin de se tartiner les yeux de khôl pour la jouer homme battu émo ou de s’attacher un hérisson crevé sur la tête pour attirer les foules, sa simple prestance suffit à redéfinir le concept même de "mode" !

Le pire c’est que vous n’avez encore rien vu…



Mark Gormley – Without you

Si vous pensiez que rien ne pouvait dépasser l’incroyable intensité du clip "Little Wings" détrompez vous ! Avec son second clip "Withou you", Mark prouve qu’il n’est pas l’homme d’un seul tube en se surclassant lui même en tous points, admirez :


L’ajout du bontempi et de la guitare électrique confine au génie.



Show me your moves !

Plus que son look, c’est surtout l’incroyable palette de mouvements à la disposition de Mark Gormley qui force le respect. Passage en revu de ses techniques capables de faire passer Mickael Jackson pour un tétraplégique coulé dans un bloc de béton :

  • Le powerstance : La base même de toute la chorégraphie Gormleysque. Cette position d’une incroyable complexité (ne tentez pas chez vous, c'est des coups à se briser une jambe) assure à la fois prestance et stabilité et permet à Gormley de supporter la propre la masse de son awesomess :

    Mark Gormley powerstance
    IT'S ON BITCH !

  • Le powerstance shift (aussi appelé Gormley Stomp) : Variation sur la base du powerstance qui consiste à changer de point d’équilibre d’un mouvement souple et gracieux. Selon certains scientifiques, le powerstance shift serait la principale cause de formation des trous noirs.

    Mark Gormley powerstance shift

  • Le soft headbang : Gormley sait que s’il effectuait un headbang complet il pourrait annihiler des planètes entières, il se contente donc d’un soft headbang pour montrer à quel point il vit sa musique sans mettre en danger l’univers.

    Mark Gormley headbang

  • Le eternity look : Un regard d’une telle intensité est difficilement soutenable.

    Mark Gormley eternity look

  • Le "vengence look" : Behold the gormley wrath !

    Mark Gormley vengence look

  • Le Powerstomp with 90° headflip : Un piétinement vengeur pour montrer que le Gormley est près à mettre les menaces sous entendus par son vengence look à exécution, suivi d'un habile mouvement de tête ! Cette technique, maitrisable uniquement après 30 ans d'entrainement dans un temple Shaolin, serait capable de guérir le cancer.

    Mark Gormley powerstomp



Fun facts

  • Les clips de Mark Gormley ne sont pas réalisés sur fond vert, à chaque fois que Mark chante, la magnificence de sa voix distords la fabrique de l'espace et du temps pour projetter des images mentales directement sur la pellicule.

  • Tous les clips de Mark Gormley sont filmés grâce à des lentilles spéciales pour éviter que celle-ci ne fondent sous la puissance de son powerstance et ne tue le caméraman.

  • Pour parvenir à uploader les clips de Mark sur Youtube il a fallut utiliser la puissance conjointe des supercalculateurs de la Nasa, du CNRS et de Météo France.

  • Un serveur spécial a été mis en place par Youtube pour contenir l’incroyable énergie déployée par le powerstance lors du visionnage des clips

  • Dans le clip Without You, c’est Mark qui a remporté le concours de miss que l’on entraperçoit à 3mn40

  • Toujours dans le clip Without You, les séquences ou Mark est dans l’espace sont des images d’archive de son vrai alunissage. Mark n’a pas besoin de combinaison spatiale, il est protégé du vide sidéral par la puissance de son powerstance !



Les témoignages de fans

Ce qui est incroyable avec Mark Gormley c’est de voir à quel point il fait l’unanimité. La preuve la plus flagrante vient des commentaires de ses vidéos sur youtube. Youtube, le seul site capable de filer la tourette au Dalai Lama en overdose de Morphine, est en admiration totale devant la magnificience de Mark et il est impossible d'y trouver le moindre propos injurieux. En voici la preuve avec une sélection des témoignages les plus émouvants traduits dans la langue de Franck Dubosc pour les étanches au parler rosbif :

Mark Gormley
"Ce sera la chanson qui tournera quand je rencontrerais Dieu. C'est tellement beau !

Mark Gormley
Cette chanson a en réalité été chantée il y a 25 années lumières. Je remercie Mark Gormley de penser à nous en permettant à sa voix de voyager tout ce temps et cet espace pour nous parvenir.

Mark Gormley
Mon ami m'expliquait à quel point Led Zeppelin pourrait faire une assez bonne reprise de cette chanson. Comment ose-t-il, Led Zepellin ne ferait que gâcher ce qui est déjà la perfection ultime.

Mark Gormley
Dans la vie il y a deux étapes... la première est l'existence pre-gormley. La seconde est l'existence post-gormley. Une fois que le monde entier aura atteint la phase post-gormley le monde sera en paix... ainsi cela a t'il écrit, ainsi soit il...

Mark Gormley
Je suis tombé sur Gormley une fois en Floride, il ramenait une boite de pierre lunaire à la NASA. "J'aimerais pouvoir aller dans les endroits que vous avez visité" lui ai-je dit. Gormley a sorti des ciseaux, à coupé un peu de sa moustache et l'a mise dans une pipe. "Fume ça" a-t-il dit. J'absorbais les vapeurs divine comme le souffle d'un ange. En une fraction de seconde, l'hélice d'ADN de Gormley se lia à la mienne. Nous transcendâme l'espace et le temps, vivant des aventures épiques dans des lieux qui feraient passer la Divine comédie de Dante pour Dora l'exploratrice.

Mark Gormley
En 2004, un sergent de l'armée américaine à fait écouter "Without you" à un groupe de gardes républicains près d'Al Ghammas. Le but était d'obliger l'ennemi à se rendre à cause de l'intensité de la chanson. L'armée américaine n'avait pas prévu que chaque personne à distance d'écoute gagnérait +10 en charisme et des yeux lanceurs de rayons laser. La ville entière a été vaporisé. L'armée essaie encore de contrôler le pouvoir des rayons Gormley.

Mark Gormley
J'ai entendu dire que le powerstance a été banni dans certains pays car il cause l'insiménation immédiate de toute femme en age de procrééer dans un rayon de 35km.

Mark Gormley
On est au 21ème siècle maintenant, j'apprécierais que quelqu'un explique à Mr Gormley que c'est son époque; nous avons besoin de beaucoup plus de Gormley dans la musique; les gens ont besoin de toujours plus de sa musique et de sa présence. C'est nécessaire pour une meilleur vie. Gormley montre l'exemple ! Nous ne pouvons pas revenir en arrière vers quelque chose de moins bon. Ces jours sont finis.

Mark Gormley
Au septième jour, Dieu dit "Que la win soit" et il créa Mark Gormley et Chuck Norris, respectivement déités du bien et du mal, assurant ainsi un équilibre à travers le cosmos. Cependant, après avoir entendu les mélodies angélique de Gormley, Chuck Norris revint vers Dieu, les yeux ruisselant de millénaire de larmes. Ils se serrèrent dans leurs bras et déclarèrent que tant que Mark ferait de la musique, la Terre connaitrait la paix éternelle.



J'espère que cette découverte musicale vous aura redonné espoir en l'humanité. Passez le mot autour de vous, la parole de Mark Gormley est faite pour être partagée !

Sinon j'ai mis à jour la galerie ;)

|

vendredi 4 décembre 2009

Clones : La critique pourrie


04 12 2009
Film clones
Un film qui plagie l'affiche de l'ultra bouse Taken, ça promettait forcément du lourd !

Réclamée à cors et à cris par des milliers de lecteurs et lecteuses en manque d'aigritude dans ce monde de tolérance et de paix, j'ai l'honneur de vous annoncer le retour de la rubrique "critiques pourries" !1 Wouhou !! Confetis et cotillon, faisons de cette date un jour de fête nationale !!

...

Vous avez le droit de faire semblant d'être content et je ferais semblant de vous croire bande de vils T__T. Bref, c'est donc au péril de ma santé mentale que je suis allé voir le dernier film de Bruce "Yippi Kai" Willis intitulé Clones que l'on m'avait signalé comme spécialement moisi. Autant dire qu'il n'a pas failli à sa réputation....



Champignon Clones : La critique pourrie

Clones, contrairement à ce que les dyslexiques peuvent penser, n'est pas un documentaire sur l'univers des intermittent du spectacle au nez rouge et aux pieds hypertrophiés mais un thriller d'anticipation au cours duquel Bruce va, comme l'exige probablement son contrat, sauver le monde armé uniquement de sa bite, de son couteau et de la complicité de scénaristes faignants. Pour bien comprendre je vous laisse découvrir le trailer :

Film clones
Zi live

Ok M. Chabal, pardon M. Chabal, j'le ferais plus M. Chabal, mangez pas ma famille M. Chabal ! *Tousse*Je vous laisse donc découvrir le *hum* la remorque --'


Ca a l'air drôlement chouette, il y a des sous-terminators au squelette vert fluos, du saute mouton en images de synthèse pourries et plein de gens qui font un malaise vagal synchronisé ! Vous serez d'ailleurs ravis d'apprendre que dans la grande tradition des trailers Hollywoodiens...

Chabal

Arg mais quoi à la fin !! Il y en a marre ! Tu me fais pas peur Chabal !! Quand on a presque le même nom qu'une marque de viande sous vide et la tronche d'un figurant de la guerre du feu il y a pas de quoi faire sa marionnette !! Je suis un dingue ok, j'ai fini WOW deux fois !

Chabal

Ok, ok, mais arrête de faire ça T___T Je disais donc, dans la grande tradition des remorques des bois sacrés celle-ci contient l'intégralité du film en version résumé. Et attention, quand je dis l'intégralité du film c'est véritablement l'intégralité du film DANS L'ORDRE CHRONOLOGIQUE avec intro développement conclusion et scènes d'action en mousse pour occuper le chaland !! On comprend mieux du coup que pour parvenir à faire un film de 1h30 avec seulement 2mn d'évènements, le réalisateur a du faire pas mal de remplissage nanar.

Clones

Pour tous ceux qui pensent voir en Clone un film à la Minority Report, je préfère vous arrêter tout de suite. Clones est tellement chiant et mou du genoux qu'on a plus l'impression d'assister à un épisode version longue de Derrick, le charme teuton de Horst Tappert en moins, qu'à un techno-thriller d'anticipation. La faute à une enquête molassonne, totalement cousue de fil blanc capable de faire honte à un mauvais épisode des experts Miami un épisode des experts Miami. C'est bien simple, si dès les 15 premières minutes du film vous n'avez pas pigé qui est derrière le "terrible meurtre mortelle konenapavudepuis 15 ans omigod c'est super grave" c'est soit que vous vous êtes endormis soit que vous regardez la version Moldave sous-titré Swahéli. Et encore, même dans ce cas là il y a peu de chances que vous vous plantiez puisque que Clone suit à la lettre la fameuse équation Disney :

Equation disney

Ce n'est pas avec des films pareils que le délit de sale gueule disparaitra...

[Intermède reflexionnage HS]Concernant Minority Report. L'ensemble de l'intrigue de ce film est basé sur une incohérence monumentale ! Une unité spécialisée dirigée par Tom Croisière exploite les visions balancées par 3 gonzes appelés Précogs pour arrêter les meurtres avant que ceux-ci n'aient lieux. Admettons. L'ennui c'est que si on suit bien la logique, les précogs sont supposé voir l'avenir or, vu que l'équipe de Tom Croisière empêche cet avenir de se réaliser en stoppant les meurtres à temps, les précogs ne devraient pas voir de meurtre dans le futur ! Or, si les précogs ne voient pas les meurtre dans le futur, Tom Croisière ne peut pas les empêcher donc les précogs voient les meurtres que Tom arrête à temps empêchant les précogs de voir le meurtre, etc, etc, etc, BOUCLE INFINIE OF TEH DEATH DIVIDE BY 0 !1 Merci d'avoir violé mon cerveau Spielberg T__T[/Intermède reflexionnage HS]

Clones

Comme le veut la tradition, un film ne peut pas être totalement pourri sans un panel d'acteurs bovins. Malheureusement, dans le cas de Clones je suis bien embêté puisque dans la plupart des scènes, les protagonistes sont censé êtres des robots et donc, pour bien le faire comprendre, le réalisateur à décidé que ses acteurs devaient y être aussi inexpressifs que possible (aka : avoir l'air de se faire chier comme des rats morts qui auraient avalé 6 boites de laxatifs). Cela dit, je ne peux m'empêcher d'adresser un grand bravo à Rosamund Pike qui parvient, malgré cette contrainte de mise en scène, à donner une dimension encore plus ridicule à son rôle en y ajoutant une petite touche d'air totalement dramatisé, un peu comme si elle était en permanence sur le point de chialer, quel talent !

Rosamund pikes clones

A noter également l'interprétation tout en "retenue" de Ving Rhames apparemment persuadé que pour faire un prophète convaincant il faut avoir un balais à chiottes sur la tête et prendre des poses façon Yoga pour les nuls :

Prophète clones

Histoire d'éviter de trop partir en sucette dans mon aigritude et pour d'assouvir ma passion des listes, voici 5 éléments qui rendent le film Clones particulièrement naze et incohérent (qui vaut mieux que deux tu l'auras) :

  • Titre mensonger : Première grosse arnaque, les clones dont parle le film sont en réalité des répliques robotiques pilotés à distance qui ne sont même pas obligés de ressembler à leur propriétaire. Alors bon, je sais que je suis une grosse quiche en biologie et que je m'y connais à peu près autant que Rael en clonage humain, mais quelque chose me dit qu'il y a arnaque dans le choix du titre du film... Pour sa défense j'imagine que ce choix à été fait pour ne pas avoir des affiches qui ressemblent à ça :

    Affiche clones

    A noter qu'en anglais le film se nomme "Surrogates" qui signifie "Répliques" ce qui est bien plus logique, merci les traducteurs Français...


  • Des prémices à deux roubles :


    Je passerais sur le fait que doubler la population mondiale à coup de robots est un tel gâchis de ressources et d'énergie que cela détruirait au passage toute l'humanité pour m'attarder sur l'idée que posséder un double cybernétique entrainerait la disparition quasi totale de crime violent ! Plus de crimes simplement parce que les gens ont des doubles ? Vraiment ? On ne nous prendrait pas un peu pour des jambons avec ce "fait" a la noix ? Sérieusement, qu'est ce qui empêche Popol, dit canif vicieux, de rentrer directement chez les gens pour savatter les utilisateurs au lieu de péter la face a leurs doubless robotique ? "Oh mince, ils ont fermé leur porte à clé, je ne peux pas aller les maltraiter quel dommage !"... (sigh)

    Baser quasiment l'ensemble d'un film d'anticipation sur un univers bancal à sa base c'est comme balancer une citation des Télétubbies dans un discours politique ou dire "j'adore le hard rock, j'écoute les Jonas Brothers, lol", ça fait perdre instantanément toute crédibilité.


  • Les cheveux de Bruce Willis :

    Coiffure bruce willis

    Pourquoi ? Mais pourquoi ? Dans un univers ou tout le monde peut se payer la gueule de bogoss de son choix, pourquoi choisir d'avoir une touffe blonde immonde !! Maintenant c'est sur, Bruce Willis est bel et bien atteint de Nicolas Cageite aigue. Cette maladie extrêmement rare touche les acteurs Hollywoodien qui font un complexe capillaires en les obligeant à arborer des coiffures de plus en plus improbables pour chaque film. Nicolas Cage est le patient zéro et pour lui tout espoir de guérison est perdu depuis longtemps mais pour Bruce, malgré une grave rechute lors du film The Jackal, il y avait de bons espoirs de rémission T____T

    Coiffure nicolas cage

    Une telle déchéance c'est moche, d'autant plus que cette touffe infâme parvient à elle seule à décrédibiliser totalement toute tentative de badasserie comme le prouve cette image :

    Badass fail


  • Des improbabilités technologique à la pelle : Voilà ce qui arrive quand on laisse des designers faire le boulot des ingénieurs :


    Attention c'est assez furtif et sur une petite vidéo on a un peu de mal à voir

    Des articulations dans le nez (il y a même des diodes !) !!! Pourquoi ?! Et allez pas me faire croire que c'est pour les expression faciales vu que l'ensemble du casting est à peine plus expressif qu'une boite de thon après une overdose de Botox !!1 J'imagine le brainstorming de fou qui a dû donner naissance à cette idée en bois :

    • Ingénieur 1 : Eh les gars, on a encore 3/4 vérins en rab qui trainent, qu'est ce qu'on en fait ?

    • Ingénieur 2 : Oh bah t'as qu'à les mettre dans le pif, il reste de la place et puis comme ça on sait jamais, dès fois que quelqu'un veuille faire un remake de ma sorcière bien aimée ça peut servir.

    • Ingénieur 1 : Purée Roger, t'es un génie ! Si t'avais pas marché sur une mine dans un champs de gravier quand t'étais gosse je te ferais l'amour la tout de suite !!

    Mais attendez, il y a encore plus fort :


    • Ingénieur 1 : Bon les gars, ça sert à quoi les 250l de liquide vert bizarre ?

    • Ingénieur 2 : Bin c'est pour mettre dans les robots s'te blague.

    • Ingénieur 1 : 250 litres pour un seul robot ?

    • Ingénieur 2 : Bah ouais, imagine qu'il se coupe un membre, un bras d'honneur un peu trop enthousiaste et c'est le drame. Au moins avec tout ça il peut tenir plusieurs heures sans craindre la panne.

    • Ingénieur 1 : Vous auriez pu bosser sur un système d'étanchéité qui coupe l'alimentation en fluides automatiquement dans certaines parties du corps..

    • Ingénieur 2 : Tu rigoles j'espère ? On a pas put bosser sur ces conneries, tu sais le temps que ça prend de développer une articulation nasale !! Tu nous prends pour des chiens prestidigitateurs ou quoi ??.

    • Ingénieur 1 : Euh, on dit des magiciens Robert !

    • Ingénieur 2 : Magichien, c'est ce que je viens de dire.


  • Des pneus qui éclatent sans raison :


    Ca t'apprendra à rouler avec des pneus lisses sale bot !!


  • Une séquence pour faire pleurer les geeks :


    Ok donc résumons. Le geek de service (gros et chevelu comme il se doit, merci la fraking équation Disney !!) parvient à se rappeler d'un code à la noix qu'il ne doit, à priori, pas avoir souvent l'occasion d'utiliser tout en zappant totalement que son logiciel de mayrde fonctionne avec MAJUSCULE + ENTREE au lieu de ENTREE (ah ah ah s'te blague) !! Dans le genre astuce miteuse pour rajouter du suspense c'est vraiment surpuissant "OMG, a 1s prêt, c'était moins une didonc !".

En résumé : Basé sur une idée bancale malgré un bon potentiel sur la thématique de la vie par procuration, Clones s'acharne à esquiver toutes les questions intéressantes que pouvait soulever son pitch pour se contenter de dérouler une enquête molassonne et chiante à mourir. La faute à une mise en scène mono expression assumé qui empêche toute attachement aux personnages et à des rebondissement prévisibles 3 ans à l'avance pour peu que l'on ait plus de deux neurones actives ou que l'on ait visionné le trailer. Pas assez nul pour être totalement fun et pas assez bon pour passionner, Clones se révèle être un excellent somnifère carrément moins cher que le GHB.

Note : ChampignonChampignonChampignonChampignonChampignonChampignonChampignonChampignonChampignonChampignon (4/10)



Bon, vu que je suis un brin rouillé niveau écriture ces temps-ci et que cela fait longtemps que je n'ai pas fait de critique de film j'espère que cela vous aura au moins arraché un sourire ;) Sur ce, je vous kiffe tous le boule, surtout toi [insérer votre nom] !

|

zOMG !1 Il y a d'autres pages: 1 sur 2 - Page suivante