Les Tops c'est top - Nioutaik, le blog de l'inutile indispensable totalement... indispensable !
titre

zOMG !1 Il y a d'autres pages: 1 sur 1

vendredi 2 mai 2008

Top 6 du pourquoi les adaptations de jeux vidéo en film sont de gros foirages


02 05 2008
Adaptation jeu vidéo en film

Réaliser une adaptation de jeu vidéo est un exercice des plus périlleux, surtout quand on s'appelle Uwe Boll et qu'on a le QI d'une truite saumonée à l'air libre, d'autant plus périlleux que l'on a souvent l'impression qu'Hollywood ne prend pas ce sujet très au sérieux et s'amusent à détruire des licences juste pour énerver les geeks ! J'ai donc décidé de réfléchir *Arg* sur les raisons qui font qu'à l'heure actuelle il n'y a quasiment aucun bon film issus du monde merveilleux des plaisirs vidéoludiques, et vous allez voir il n'y a pas que les réalisateurs qui sont en faute (les pauvres ils morflent déjà assez comme ça). Pour plus de suspense et pour éviter que je ne parte totalement en cacahouète dans mon raisonnement les raisons du pourquoi du comment sont présentés sous forme d'un top 6, c'est carrément hiboux (pourquoi il n'y en aurait que pour les chouettes ?) !!



Champignon N°6 - La longueur d'un jeu

Adaptation jeu vidéo en film

Une des difficulté dans l'adaptation d'un jeu vidéo est sa longueur ! Là ou un film de 2H30 / 3H peut paraitre très long pour beaucoup, un jeux vidéo qui ne dépasse pas les 4H de jeu est, au choix, un scandale ou un "arg c'est quoi ce bordel !! Je vais faire quoi du reste de ma journée maintenant ? Sortir à l'air libre, beurk l'air pur !!". Comme heureusement la moyenne des jeux tourne autour de 12/15h (ce qui, à mon avis d'enfoiré d'hardcore gamer, est trop peu) les réalisateurs d'adaptation se retrouvent à devoir condenser tout ce temps de jeu en 2h max de film oO

Et cette "condensation" pose souvent problème parce que oui, un fan en furie veut voir tous les détails de son jeu préféré dans le film, si le moindre champignon bonus ou brin d'herbe pixelisé manque à l'appel ça devient un affront des plus monstrueux. Hélas, comme il est totalement impossible la plupart du temps de tout intégrer dans un film il faut faire des choix et ceux-ci sont trop souvent, comment dire pour être gentil, merdiques !!

Bien sur, les jeux qui affichent une quinzaine d'heure de gameplay et dont le scénario tient sur une demi feuille de PQ ne posent pas ce problème, à vrai dire ils posent même le problème inverse "Comment on va bien pouvoir faire un film sur la base de *le héros tue tout le monde et sauve la princesse - FIN* oO".

Ceci dit le coup de la longueur est un faux problème, depuis le temps que des livres sont adaptés en films il n'y a pas de raison que ce soit différent pour les jeux c'est donc rien qu'une vilaine excuse, d'où la dernière position du top.



Champignon N°5 - Différence entre bon héros de jeux vidéo / films

Adaptation jeu vidéo en film

Il existe une différence fondamentale entre un "bon" héros de jeu vidéo et un "bon" héros de film/livre. Dans un film ou un livre il n'y a rien de plus chiant que de voir un héros "parfait" qui passe son temps à sauver la veuve ou l'orphelin (voir la veuve orpheline), qui est toujours droit et juste ou qui n'attaque jamais personne dans le dos parce que c'est "lâche". Les héros trop héroïques sont tout simplement exaspérants parce qu'ils renvoient au spectateurs ses propres défauts et ça, c'est pas très gentil T__T Les meilleurs héros de films/livres, les plus attachants, sont ceux qui ont des défauts, des problèmes, des difficultés, car à se moment là, empathie oblige, on partage leurs peines, leurs doutes, on évolue avec eux et on prend plaisir à les voir tenter de s'améliorer, à "se sortir les doigts du fion" malgré leurs failles ! De plus, un acte n'est vraiment héroïque que s'il est réalisé par une personne qui n'est pas "héroique", c'est pour cela que l'on trouve toujours plus impressionnant l'acte de bravoure d'un soldat apeuré qui soudain prend son courage à deux main et ose sortir de sa tranchée que de Superman qui n'est qu'un gros enfoiré qui a tous ses super-pouvoirs depuis sa naissance *jaloux* (Petit exemple d'héroïsme totalement pourri, by Mickael Bay bien sur :p)

D'un autre côté, dans les jeux vidéo, le problème est totalement différent. La plupart des héros célèbres des jeux vidéos sont "très héroiques", "très parfait" et n'ont pour la plupart aucun défaut, leurs difficultés ne sont pas liés à leur "personnalité" mais à leur environnement. Mais pourquoi alors, contrairement aux films/livres, ce type de personnage n'est pas exaspérant ?? Tout simplement parce que dans le jeu vidéo le jouer EST le héros ! Il n'a donc pas vraiment envie de se retrouver à incarner une poule mouillée ou un gros idiot (quoique) car vu que c'est lui qui dirige le personnage ces défauts sont censés être les siens et que ce n'est pas super flatteur ! En fait le héros d'un jeu vidéo est avant tout un symbole qui doit, si possible, flatter l'ego du joueur.

Du coup comment arriver à rendre un film "intéressant" ou "attachant" en partant de personnages "parfaits" qui passent très mal en film ? Il suffit de regarder Tomb Raider et son héroïne qui passe sont temps à se la péter "Je sui la +forte, lol !!" pour se convaincre du handicap que cela créé (Enfin si Tomb Raider n'était mauvais que pour ça ça ne serait pas trop grave ...) et comme malheureusement changer la personnalité d'un personnage risque d'énerver les fans les réalisateurs doivent faire avec...



Champignon N°4 - Adaptation de trucs inadaptables

Adaptation jeu vidéo en film

A Hollywood on aime bien sortir des films avec un bon gros titre bien connu, c'est sur, c'est tellement plus rassurant pour un spectateur d'aller voir "Batman contre Mario" ou "La vengence de Babar" qu'un film avec un nom en Moldave oriental ! Comme ça on est presque comme à la maison. Seulement voilà, à force de vouloir adapter tout ce qui passe les braves gensses du cinéma finissent par adapter n'importe quoi.

Qu'est ce qui est si pété dans la tête des producteurs de films pour qu'ils ne comprennent pas que non, on ne peut pas adapter un vieux jeu de plate-forme 2D ! Autant sauter partout et atomiser de la tortue est super marrant en jeu vidéo autant le voir en direct live dans un film c'est au mieux ridicule, au pire chiant à en crever ! C'est pourtant pas compliqué à comprendre ça non ? Comment voulez vous faire un bon film avec une histoire de plombier qui va sauver une princesse en se shootant aux champignons hallucinogènes, avec un pitch pareil le film dure 5mn, et pourtant...

Et cela vaut aussi pour les Hack & Slash, les jeux de stratégie, les jeux de baston voir les FPS oO !!



Champignon N°3 - Différence spectateur / acteur

Adaptation jeu vidéo en film

Je vais balancer un gros Master of the Obvious mais bon, je fais ce que je veux : La principale différence entre un film et un jeu est que dans l'un on est spectateur et dans l'autre acteur ! "Mais en quoi cela change il la donne pour les adaptations ??"

Et bien tout simplement parce que les "rebondissement" et autres effets de mise en scène qui fonctionnent très bien dans les jeux seront peut-être très loin d'être efficaces si on les retransposent dans un film tel quel. Par exemple, ce qui fait que l'on a peur dans un Resident Evil c'est finalement parce que c'est NOUS qui ouvrons les portes, c'est NOUS qui devons nous défendre contre des saloperies de zombies. Dans un film on prend plus facilement de la distance avec le héros et si le réalisateur à mal fait son travail en ne le rendant pas "attachant" un minimum on ne ressentira aucune empathie et on se secouera la nouille bien fort de savoir s'il va crever à la prochaine porte qu'il franchira.

Il ne suffit donc pas de faire un copier coller d'un jeu pour retranscrire son ambiance, il y a un véritable travail à faire qui est bien souvent oublié. Il est d'ailleurs amusant de voir la vague actuelle des films soit disant filmés "en caméra amateur" pour faire "comme si on y était" qui reprennent finalement les effets des jeux vidéo pour augmenter l'ambiance (je pense au mal-de-meresque "Cloverfield" et l'excellent "[REC]" notamment), il y aurait peut être quelque chose à explorer de ce côté là pour de prochaines adaptations qui sait.



Champignon N°2 - La volonté de faire du tout public

Adaptation jeu vidéo en film

Les producteurs n'ont généralement pas pour objectif que leur film soit vu par 3 pelés et deux tondus (logique), du coup ils s'arrangent pour faire en sorte que ceux-ci soient zieutables par à peu près toutes personnes bénéficiant de plus de 2 de QI. Malheureusement, quand il s'agit d'adapter un jeu vidéo et de le rendre mattable par des personnes n'y ayant jamais touché les réalisateurs sont souvent obligés de "charcuter" les intrigues ou certains personnages secondaires pour ne pas complètement assommer le public de détails.

Seulement voilà, les fans de jeux vidéo (encore eux, ils commencent à nous saouler), n'aiment pas trop que l'on charcute leur passe temps fétiche, pour eux aucune raison ne peut justifier un geste d'un telle cruauté "Même si c'est pour soigner des petits bébé phoques orphelins et cancéreux c'est NOOON !!". Cela complique très fortement le travaille des scénaristes qui sont en permanence sur le fil du rasoir entre "ce qu'attendent les fans" et "ce qu'attend le grand public" et comme il est quasiment impossible de contenter les deux ils se coupent souvent la tronche !

Bien sur cette excuse du "faut qu'on pense à tout le monde" ne fonctionne absolument pas quand des réalisateurs s'amusent à transformer un jeu de survival horreur en film d'action, parce que là faut quand même vraiment le faire exprès oO



Champignon N°1 - Les jeux vidéo ne sont pas pris au sérieux

Adaptation jeu vidéo en film

C'est probablement la principale raison du ratage quasi systématique des adaptations de jeux en films à l'heure actuelle : Les producteurs / réalisateurs ne prennent pas au sérieux les jeux vidéo et pensent qu'il s'agit d'un bête divertissement pour gosses qui seront content si on leur met deux trois références dans tout le film et basta !

Cette impression est d'autant plus accentuée que les producteurs ont la sensation qu'adapter un film est "facile", en effet tout l'univers visuel est déjà au point, les personnages sont "définis", les décors également donc du coup pourquoi filer des projets aussi bidons que ça à de bon réalisateurs ? Il suffit de le filer à un vieux grouillo "yes-man" qui sera ravi de pondre un truc bien de merde, du genre Uwe Boll au hasard.

Heureusement tout ça est désormais à modérer par le fait que de plus en plus de personnes jouent aux jeux vidéo, que les réalisateurs en vogue de nos jours sont plus ou moins "nés" dans les débuts du jeu vidéo (voir sont de gros geeks) et ne le voit donc pas comme un divertissement pour crétins comme c'était le cas jusqu'à présent. Il suffit de voir le Silent Hill de Christophe Gans pour se convaincre que cela change beaucoup de choses, après que l'on ait apprécié le film ou pas n'est pas la question mais il serait hypocrite de ne pas reconnaitre qu'il y a eu un véritable travail de fait pour aboutir à quelque chose de cohérent avec le jeu.

Et merde, je dois couver un truc, je finis un top avec une note d'espoir, c'est franchement pas dans la ligne éditoriale du blog ça ("Ah bon, parce qu'il y a une ligne éditorial dans ce taudis ? S'il y en a une tu as du la fumer depuis longtemps sale droguay !!")



Heureusement l'inverse est vrai (mouahahaha vengeance) et beaucoup d'adaptations en jeux vidéo de films sont bien pourris, à croire que les deux univers sont trop différents pour être vraiment compatibles ?

Un petit clic stp *regard bambi*
zOMG !1 Il y a d'autres pages: 1 sur 1